Newsletter Biodiversité et business

Article publié le 30 août 2017


Thai Union cède devant Greenpeace


Face à une campagne agressive et de longue haleine de Greenpeace, Thai Union maison mère de Petit Navire et numéro 3 mondial du poisson en boite, a décidé de prendre des mesures contre la surpêche, la pêche illégale et les conditions de travail de ses employés tout au long de sa chaine d’approvisionnement. 

Le Groupe s’engage ainsi à diminuer de 50% le nombre de dispositifs de concentration de poissons à l’origine de la capture de poissons protégés et de tortues. Afin de contrer les 26 millions de tonnes de poissons issues de la pêche illégale, Thai Union s’engage de plus à suspendre le transbordement permettant aux navires de pêcher pendant des mois sans revenir aux ports et donc d’échapper à de nombreux contrôles. La traçabilité des poissons sera également renforcée grâce à une méthode numérique partagée avec 48 autres entreprises du secteur. Pour lutter contre le travail forcé qui concernerait 300 000 personnes dans l’industrie de la pêche, Thai Union va renforcer son code de conduite d’éthique et de travail « afin de s’assurer que les travailleurs en mer soient traités humainement et équitablement », souligne Greenpeace. 

« En tant qu’une des plus importantes entreprises du secteur des produits de la mer, Thai Union a complètement saisi son rôle de leader pour un changement positif », estime Thiraphong Chansiri, PDG de Thai Union.

 



Linked in Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


Retour